09.05.2013 / Votations / Migration / ,

Votations fédérales du 9 juin 2013

Initiative populaire pour l'élection du Conseil fédéral par le peuple et modification de la loi sur l'asile: positions du PDCVr

Réuni le 14 mai 2013, le Conseil de parti a donné les mots d’ordre suivants:

Election  du Conseil fédéral par le peuple : NON

Le PDC du Valais romand recommande à l’unanimité le rejet de l’initiative populaire « Election du Conseil fédéral par le peuple ». Le système électoral actuel est efficient et la Suisse est dotée d’un gouvernement stable. L’élection du Conseil fédéral par le peuple au système majoritaire n’entraînerait que des effets pervers en créant entre autres une injustice cantonale et linguistique. Les cantons à forte population seraient favorisés. Même en réservant deux sièges pour la Suisse francophone et italophone, les cantons latins seraient perdants. Le PDCVr ne veut pas d’une politique populiste, axée sur l’effet médiatique à court terme où les conseillers fédéraux seraient continuellement en campagne et pourraient difficilement défendre des compromis impopulaires, au détriment du bien à long terme. De plus, des grands partis pourraient se trouver exclus du Conseil fédéral et cette situation mettrait en péril la stabilité politique qui fait la force de notre pays.

Loi sur l’asile : OUI

Le PDC du Valais romand s’est prononcé à l’unanimité en faveur de la « Modification du 28 septembre 2012 de la loi sur l’asile ». Convaincu que la Suisse a besoin d’un droit d’asile fonctionnel, efficace et respectant sa tradition humanitaire, le PDCVr soutient les modifications urgentes déjà entrées en vigueur le 29 septembre 2012. Ces modifications apportent des améliorations concrètes et efficaces en permettant :

·        d’accélérer les procédures : en centralisant les procédures d’asile au niveau de la Confédération, les requérants d’asile sauront ainsi plus rapidement s’ils peuvent rester dans notre pays et la Suisse pourra se concentrer sur le placement des réfugiés reconnus.

·         de renforcer la sécurité : les cantons abritant un centre fédéral recevront désormais une contribution financière de la Confédération, dans le but de renforcer la sécurité aux alentours des centres d’hébergement pour requérants d’asile. L’hébergement séparé des requérants d’asile récalcitrants, de même que les programmes d’occupation, permettront d’augmenter la sécurité, qui profitera autant aux requérants d’asile qui se comportent correctement qu’à la population voisine d’un centre.

·         de soulager les cantons : il est prévu de statuer à l’avenir déjà dans les centres fédéraux sur 60% des demandes d’asile, de sorte qu’il ne sera pas nécessaire de répartir les requérants d’asile sur les cantons. Et comme déjà énuméré précédemment, les cantons abritant un centre fédéral recevront une contribution financière de la Confédération leur permettant de garantir la sécurité.