06.02.2014 / Communiqués / Formation /

Non aux choix d’économies de M. Freysinger

Le PDCVr s'oppose aux propositions d'économies émises par le Département de la Formation et de la Sécurité (DFS) dans le budget 2014.

Ces propositions, si elles devaient être appliquées, auraient pour conséquences une baisse de la qualité de l’enseignement et de la performance des élèves, ainsi que la suppression d’une centaine d’emplois.

Ces mesures sont inacceptables!

Pourquoi 50% des économies nécessaires sont concentrées sur 1 service (le service de l’enseignement) alors que le département en compte 11?

L’actuel Chef du service de l’enseignement a-t-il défendu son service convenablement auprès du Chef du département?

Le Chef de département est en fonction depuis le 1 mai 2013, il a donc suivi la quasi-totalité du processus d’élaboration du budget 2014. Il n’a toutefois pas su anticiper les difficultés auxquelles nous devons faire face aujourd’hui. Les mesures initiales proposées au Grand Conseil avaient peu de chance d’être acceptées.

Un Conseiller d’Etat doit être à même de prévoir ce genre de situation, et d’adapter ses propositions en fonction.

Nous rappelons ici les mesures d’économie proposées en 2013 par le DFS:

  • diminution des bourses d’études;
  • augmentation des amendes d’ordres,
  • cofinancement des crèches par les entreprises.

La troisième de ces mesures ne reposait par ailleurs sur aucune base légale, et ne pouvait en aucun cas être acceptée par le Grand Conseil,  ce qu’un Conseiller d’Etat aurait dû envisager.

Nous attendons par conséquent que le Chef de département propose des mesures d’économie acceptables et équitables, permettant de concilier rigueur budgétaire et maintien de la qualité de l’enseignement en Valais.

 

Personne de contact:

Serge Métrailler, Président du PDCVr, 079  294 53 83