15.02.2017 / Articles / Responsabilité sociale /

Mise en œuvre des recommandations de la CEP-RSV

Le groupe PDC du Bas a pris connaissance des rapports finaux sur l’état de mise en œuvre des recommandations de la CEP-RSV.

Selon les demandes de la CEP, le CA de l’Hôpital du Valais et le Conseil d’Etat devaient remettre un rapport intermédiaire fin 2015 et un rapport final pour la fin de la législature.

Nous les remercions d’avoir respecté cet engagement. La commission SAI avait été invitée à suivre l’évolution des recommandations et l’a donc fait tant fin 2015 pour le rapport intermédiaire que le 19 décembre pour les rapports finaux.

Le groupe PDCB a été surpris d’apprendre que la commission ait traité ces rapports en seulement 3 heures. Nous aimerions savoir quelle a été la méthodologie pour contrôler l’état de mise en œuvre des recommandations. On a aussi pu lire dans les rapports de la commission que les membres ont reçu les rapports le 12 décembre, soit seulement une semaine avant de se réunir. Le délai est très court.

Il semblerait que la commission n’ait pas eu la possibilité de contrôler sur le terrain la mise en œuvre des recommandations et ait dû donc se contenter de le faire uniquement sur la base des rapports et des discussions en commission avec les différents intervenants. Nous n’avons donc pas de garantie que les rapports correspondent à la réalité sur le terrain.

Le groupe PDC du Bas a quelques doutes.

Concernant les recommandations à l’intention du Conseil d’administration de l’Hôpital du Valais, nous remercions l’Hôpital du Valais d’avoir mis en place la procédure qui protège les donneurs d’alerte. Nous regrettons par contre que la situation soit bloquée au DSSC. En Suisse, ce genre de procédures existent déjà et ça doit bien aussi être le cas dans le domaine de la santé. Le dossier est ouvert depuis trop longtemps, nous prions le Département de le régler rapidement.

Concernant la recommandation sur la gestion et le circuit des médicaments, nous trouvons bien que l’Hôpital ait suivi cette recommandation mais le problème n’est de loin pas résolu.

Trop de cas nous parviennent aux oreilles, c’est grave. Profitons de l’expérience d’autres instituts.

Concernant les recommandations en lien avec le bilinguisme, nous remarquons que tout n’est pas encore gagné, surtout en lisant les réserves formulées par le Conseil d’administration de l’Hôpital.

Je passe maintenant aux recommandations à l’intention du Conseil d’Etat.

Concernant les recommandations en lien avec la surveillance et la haute surveillance, nous avons pris note de la position du Conseil d’Etat suite aux recommandations de l’expert Andreas Wenger. La Stratégie du Propriétaire de l’Hôpital du Valais a été adoptée et les dispositions légales existantes seraient suffisantes en matière de surveillance et de haute surveillance. Affaire à suivre.

Pour la recommandation sur le partenariat public/privé, nous aimerions savoir où ça en est. Est-ce que la clinique de Valère et l’Hôpital du Valais se sont déterminés ?

Concernant la recommandation à l’adresse du Département de la Santé en lien avec la surveillance de la médecine hautement spécialisée, nous aimerions savoir où en est la mise en place du concept uniforme de monitoring ?

Le groupe PDC du Bas remercie toutes les personnes qui œuvrent pour que l’Hôpital du Valais regagne la confiance de la population. Il y a encore des améliorations à apporter pour y parvenir. Nous sommes globalement satisfaits des conclusions des différents rapports. Ces rapports finaux ne doivent pas être un aboutissement mais une étape pour garantir le futur de l’Hôpital.

La commission SAI a bien compris que son travail n’était pas fini. Dans sa conclusion, elle annonce qu’elle va demander à l’Hôpital du Valais de l’informer annuellement de l’avancement de la mise en œuvre des recommandations de la CEP-RSV. Le groupe PDC du Bas l’invite à se donner les moyens pour bien contrôler les points ouverts.