12.01.2018 / Communiqués / /

Le PDCVr s’oppose à une révision complète de la constitution

Réuni en Conseil de parti jeudi soir 11 janvier, la section cantonale s’est prononcée, à une faible majorité, contre une révision totale de la constitution cantonale. Il a également rejeté l’idée de confier ce travail à une assemblée constituante. Au niveau fédéral, le PDCVr a accepté à la quasi-unanimité le nouveau régime financier 2021.

Le conseil de parti du PDCVr, contrairement à la position de ses groupes au Grand Conseil, a rejeté l’idée de retravailler de fond en comble la Constitution cantonale. L’assemblée a estimé que bien qu’elle date de 1907, suivant l’évolution de la société, une grande partie de ses articles a déjà été revue. Actuellement, aucun article dans la constitution n’empêche au canton et à sa société d’évoluer et de se développer.

Si les délégués étaient partagés sur la question d’une révision totale de la constitution, celle de savoir si cette révision devrait être opérée par le Grand conseil ou une constituante a également fait débat. Au final, le conseil de parti s’est montré plus favorable à l’option de laisser cette tâche au Grand Conseil, arguant qu’elle permettrait plus d’efficacité (les députés et suppléants sont déjà rompus à l’exercice législatif) et qu’elle coûterait moins cher. Le PDCVr se montre par ailleurs sceptique quant à l’argument des partisans d’une meilleure représentation de la société civile. L’élection devant se faire selon le même mode que celui du Grand Conseil, elle déboucherait immanquablement sur un Grand Conseil bis. Le scrutin aurait lieu cet automne déjà. Pour des organisations autres que les partis, il serait donc extrêmement difficile, dans ce court laps de temps, de recruter des candidats, former des listes dans une majorité de district, faire campagne face aux partis traditionnels habitués à cet exercice, atteindre le quorum dans plusieurs circonscriptions et remporter un nombre significatif de sièges. Par ailleurs, rien n’indique non plus, comme le prétendent les partisans, que les partis parviendraient à attirer sur leur liste pléthore de nouvelles candidatures non issues de leur sérail, et que la constituante déboucherait sur une assemblée plus jeune, plus féminine et moins politisée que le Grand Conseil. Enfin, le Grand Conseil a l’avantage d’avoir non seulement 130 députés, mais également 130 suppléants. Cette option permet donc de doubler les disponibilités et les forces de travail pour entreprendre cette tâche ardue qui devra être effectuée en 4 ans.

Concernant les scrutins fédéraux, le PDCVr s’était déjà prononcé en décembre contre l’initiative No Billag. Lors du conseil de parti, il a pris position sur le second objet soumis en votation le 4 mars prochain. Le parti ne conteste aucunement la nécessité pour la Confédération de continuer à percevoir l’impôt fédéral direct et la TVA au-delà de 2020 et s’est donc prononcé en faveur du nouveau régime financier 2021.

Sion, le 11 janvier 2017