18.01.2018 / Votations / /

Le seul plan possible pour sauver les médias valaisans est un NON à « No Billag »

Des députés ont fait part à la presse ce matin d’un plan B pour les médias valaisans en cas d’acceptation de l’initiative « No Billag ». Pour le PDCVr, cette solution n’est pas réaliste et relève plus d’une stratégie de communication des partisans de l’initiative que d’une proposition politique.

On n’aura de cesse de le rappeler dans cette campagne, quatre médias valaisans vivent en grande partie de la redevance radio-télé. L’initiative « No Billag » est très claire, elle interdit toute forme de subventionnement public des médias. En cas d’acceptation de cette initiative, c’est donc entre 30% et 50% du budget des radios et télévisions valaisannes qui disparaitraient, dès 2019 déjà.

La meilleure solution pour sauvegarder le paysage médiatique valaisan reste de voter NON à cette initiative néfaste pour la diversité médiatique, l’indépendance de l’information et la démocratie.

La solution valaisanne en cas d’acceptation, présentée ce matin, nous semble irréaliste. Le modèle financier s’appuie sur une base volontaire des ménages. Si cette base volontaire ne rencontre pas le succès escompté par ce projet, quels médias sacrifier ?

De plus, la base légale cantonale n’existe pas pour effectuer des encaissements pour des tiers. Cette tâche devrait donc être déléguée à une entité extérieure, soit à un « Billag » valaisan. Cette prestation ne sera pas sans coûts.

Par ailleurs, les opposants à l’initiative revendiquent un modèle de paiement à la consommation. Ainsi, dans cette solution, nous remplaçons simplement une redevance par une autre.

Enfin, cette solution valaisanne ne donne aucune réponse aux problématiques de la diversité médiatique et du droit à une information nationale.

En conséquence, le meilleur moyen d’anticiper les conséquences désastreuses de l’initiative « No Billag » est de mener une campagne sans concession contre cette initiative.