18.06.2019 / Grand Conseil / /

Compte 2018 de l’Etat du Valais

Le compte 2018 de l’Etat du Valais est qualifié de très bon par la Commission de Haute surveillance des finances du Grand-Conseil (Cofi) avec 8,7 millions d’excédent de revenu alors que le budget pré-voyait, en tenant compte des crédits supplémentaires, un excédent de charge de 17.6 mios.

Non seulement l’exigence du double frein aux dépenses et à l’endettement est respecté, mais il est encore une fois agréable de relever que les revenus sont supérieurs au charges et en progression par rapport au budget. Quant à la marge d’autofinancement qui tient compte de l’ensemble des attributions et prélèvements aux financements spéciaux, elle atteint un montant record de 387.5 mios.

Malgré l’excellente santé financière de notre canton, il ne faut pas se laisser aller à l’euphorie. Il est bon, dans ces périodes de vache grasse, de provisionner comme le fait la fourmi dans la fable de La Fontaine en prévision des prochaines et futures années difficiles qui ne manqueront pas de s’annoncer en relation avec la baisse de la péréquation financière intercantonale ou les baisses fiscales suite à l’acceptation de la RFFA, pour ne citer que ces deux éléments.

Grâce à cet excellent exercice divers fonds ont pu être alimentés, plus particulièrement le fond de compensation des fluctuations de recettes qui atteint aujourd’hui la somme de 169 mios pour un plafond prévu à 200 mios. De plus, il faut saluer les provisions créées pour CPVAL et le régime de pensions des magistrats.

Quant au fond FIGI celui-ci développe déjà ces effets avec les diverses décisions prises cette semaine et les améliorations qui ne manqueront pas d’être apportées selon les recommandations de l’Inspection des finances quant à la gestion du fonds.

A relever, avec un certain regret, les investissements non utilisés à hauteur de 107 mios, une manne financière qui n’aura malheureusement pas été insufflée en 2018 dans l’économie valaisanne.

Le Grand-Conseil, tout comme la Cofi, se réjouit de la stabilité des EPT et prend actes que pour le budget 2020 une limitation des nouveaux postes est prévue, voir que le Conseil d’Etat se limitera aux postes autofinancés selon les critères définis.

Pour les dépenses par secteur on peut se réjouir, tout comme le ministre des finances, que la plus grande dépense de l’Etat concerne la formation pour un tiers suivi de la santé et du social.

Parvenu au terme de cette semaine de cession sur le compte 2018 et après que la Cofi recommande, comme elle l’a fait à l’unanimité de ses membres dans son rapport, d’accepter le compte 2018 tels que rédigé, le Grand-Conseil emboîte le pas et le valide.

Contact