10.11.2016 / Articles / Energie /

“Cette nouvelle loi doit protéger notre seule matière première proposant une énergie durable et verte”

Durant cette cession de novembre, les grands sujets à l'ordre du jour sont les lois sur l'examen des tâches et structure de l'Etat (ETS 1 et ETS2) et le Budget 2017. Des modifications de lois sont également au programme, comme celle de la loi cantonale sur l'utilisation des forces hydrauliques et celle de loi sur les forces motrices Valaisannes.

Le PDC du centre approuve dans son ensemble les modifications et compléments proposés par la commission de cette deuxième lecture.

Le rajout de l’article 26 alinéa 1, sur l’obligation du concessionnaire, lors du démantèlement des installations hydroélectriques, d’assurer le rétablissement de ceux-ci et de l’état naturel des cours d’eau, avec ses garanties financières s’y rapportant, est très bénéfique. Cet article, inspiré de l’article de la loi sur les constructions rajouté après l’affaire Tamoil, nous protège des marchés mondialisés, car avec les ventes successives, nous ne connaissons parfois plus le visage réel du propriétaire. Nous devons donc, avec cette assurance, garantir la sécurité des installations et des habitants de notre canton.

Avec la libération de tous les marchés, même l’Allemagne protège actuellement ses industries des investissements conséquents provenant de la Chine. Nous ne connaissons pas tous les paramètres de notre avenir. Cette nouvelle loi doit protéger notre seule matière première proposant une énergie durable et verte, même si actuellement le marché reste instable et complexe.

Nous relevons aussi l’article 59c qui donne un droit de préemption au canton à hauteur de 30% afin de pouvoir garantir un maximum de 60% des participations en mains valaisannes entre communes et canton. En comparaison, au Québec, l’ensemble des infrastructures hydroélectriques sont en mains étatiques, ce qui leur donne beaucoup plus de marge de manœuvre.

Le PDC du centre est satisfait de cette loi et l’acceptera  lors de cette deuxième lecture.