15.12.2016 / Articles, Grand Conseil / /

Rapport de la commission interparlementaire « détention pénale »

Chaque année à pareille époque, le Grand Conseil prend connaissance du « Rapport de la commission interparlementaire 'détention pénale' aux parlements des cantons de Fribourg, de Vaud, du Valais, de Neuchâtel, de Genève, du Jura et du Tessin » (CIP).

La commission est chargée de la haute surveillance sur les autorités chargées de l’exécution des deux concordats sur la détention pénale des adultes et des mineurs. Pour ce faire, elle s’appuie principalement sur le rapport de la conférence latine des chefs des départements de justice et police. La délégation valaisanne se compose de Mme Anne-Marie Sauthier-Luyet (PLR), de M. Serge Métrailler (PDC), et de M. Philipp Schnyder (CSPO).

Cette année quatre principaux sujets ont retenu l’attention de la commission :

  • La Surveillance électronique des détenus, solution qui doit être mise en place à l’échelle nationale, devrait diviser le coût de surveillance par trois, mais le projet a pris du retard et ne devrait pas débuter avant 2020.
  • La révision des prix de pension (actuellement le coût ne couvre qu’une partie des frais) est en standby car l’établissement du cahier des charges piétine.
  • L’Etablissement fermé pour jeunes filles. Une solution a été trouvée en collaboration avec le Foyer St-Etienne de Fribourg où une petite structure pouvant accueillir 4 jeunes filles a vu le jour.
  • Le CAAD, centre d’accueil pour adultes en difficulté à Saxon accueille majoritairement des personnes souffrant de troubles psychiques, provenant des cantons latins, pour l’exécution de mesures en milieu ouvert. Le Conseil de fondation du CAAD a développé un projet d’ouvrir un secteur pouvant accueillir de 20 à 24 personnes pour l’exécution de mesures thérapeutiques institutionnelles en milieu fermé. Ces places seront complémentaires à l’établissement CURABILIS de Genève puisque l’Office fédéral de la justice estime qu’il manque entre 150 et 200 places. Le groupe PDC du Bas-Valais se soucie des problématiques liées à la sécurité, à la construction d’un nouveau bâtiment, à l’aspect financier du projet et au personnel  car on ne peut pas demander à  un maître socioprofessionnel ou un psychologue de se transformer en gardien de prison.

La sensibilité latine sur la détention se veut pragmatique et  cherche à éviter la survenue de cas ʺCarlos ʺ. Pour avoir visité la prison des Iles, je peux vous affirmer que les conditions carcérales strictes sont bien loin du cliché hôtel et vacances.

Sion, le 15 décembre 2016

Contact