13.01.2017 / Communiqués, Votations / / , ,

Votations du 12 février 2017 – Positions du PDCVr

Le PDCVr dit OUI à la RIE III, à FORTA et la naturalisation facilitée pour les étrangers de la troisième génération.

A la quasi-unanimité, le Conseil de parti a accepté la modification constitutionnelle instituant le fonds pour les routes nationales et le trafic d’agglomération (FORTA). Celui-ci permettra de garantir sur le long terme l’achèvement et l’entretien du réseau de routes nationales, l’élimination des goulets d’étranglement et le développement de la politique d’agglomération. Avec la reprise par la Confédération de l’entretien des routes du Grand-St-Bernard et de Goppenstein, ainsi que la garantie du financement d’importants travaux sur plusieurs tronçons routiers du Canton, le Valais aura tout à gagner d’accepter la constitution de ce fonds.

Le Conseil de parti a également largement soutenu la troisième réforme fiscale des entreprises qui a pour but d’abolir les statuts fiscaux privilégiés cantonaux. Tout en mettant sur pied d’égalité, d’un point de vue fiscal, les PME suisses et les multinationales étrangères, la réforme fiscale permettra aux cantons de maintenir des conditions attractives pour les quelque 24’000 entreprises internationales et les 150’000 emplois qu’elles représentent. Avec cette loi, la Confédération propose aux cantons une palette d’outils fiscaux ainsi qu’une garantie de compensation financière pour combler les pertes fiscales à court terme.

Enfin, le Conseil de parti recommande d’accepter la naturalisation facilitée pour les étrangers de la troisième génération. Avec ce projet, la Suisse reconnaît que les petits-enfants d’immigrés qui sont nés en Suisse, y ont grandi, fait leur scolarité et se sont engagés dans la vie économique, sociale et associative n’ont pas besoin de prouver leur intégration. Pour ces jeunes (la demande doit être faite avant 25 ans), la naturalisation n’est pas automatique, mais la procédure devient moins contraignante que lors d’une démarche de naturalisation ordinaire. Outre les simplifications administratives, cette reconnaissance de la Suisse envers ces jeunes intégrés représente un signal social important envers notre population étrangère.

Sion, le 12 janvier 2017