12.12.2019 / Grand Conseil / /

Résolution 7.0125

Lors de son élection à la présidence du Grand Conseil, le premier citoyen du Valais, le député Gilles Martin, se fixait l’objectif de rendre le travail au plénum plus efficace. En novembre 2019, au nom du Bureau du Grand Conseil, il dépose, avec ces deux vice-présidents, une résolution sous l’intitulé "Optimisation du fonctionnement du parlement".

Bien entendu, cette résolution a été élaborée selon l’expérience de chacun au sein du Grand Conseil et également en consultation avec les différents partis.

La première mesure consiste en la limitation du temps de parole lors des argumentations, combats…Pour certain, il est inimaginable, si un sujet demande beaucoup d’arguments de se réduire à un temps donné. Toutefois, il est rare que le député prenant la parole soit coupé dans son élan. Cette mesure
est donc plus un garde-fou qu’une réelle contrainte.

La deuxième mesure consiste à éclaircir et à adapter les critères accordés pour toutes interventions demandant l’urgence. La proposition de limiter ces urgences à une par groupe parlementaire fait débat et est contestée par les différents partis.

La troisième mesure fixe que si une motion n’est pas combattue, l’auteur ne prendra pas la parole ceux-ci afin de rendre le travail du plénum plus fluide.

Au final, le Grand Conseil accepte cette résolution à 88 pour, 32 contre, 0 abstention.

Elle est transmise à la commission IF (institut et famille) pour exécution. Celle-ci la traitera et viendra avec des solutions complémentaires. Les Groupes parlementaires auront donc la possibilité de déposer des amendements en cas de désaccord sur certain point.

A suivre…

Contact