10.03.2020 / Grand Conseil / /

Le travail au noir, un fléau pour notre canton

Durant cette session, nous soutenons entre autres, la modification de la Loi cantonale d'application de la loi fédérale sur les travailleurs détachés et de la loi fédérale sur le travail au noir.

Ce projet est notamment le résultat d’une motion déposée en mai 2018 par le PDC du Centre, qui nous rendait attentifs aux pertes colossales provoquées par ce fléau que constitue le travail au noir.

Si j’utilise ce terme “fléau”, qui peut sembler un peu fort, c’est  bien parce que c’en est un et je pèse mes mots. Selon les estimations 2014, les travaux exécutés au noir en Suisse, en violation de dispositions légales, ont été évalués à 45 milliards! Pour notre canton, cela représente 1,2 milliard de chiffres d’affaires non déclaré. Les conséquences sont multiples surtout sur le plan économique, sur le plan fiscal et en matière sociale.

A titre d’exemple, je cite pèle-mêle la concurrence déloyale faite à nos entreprises valaisannes, celle faite par les travailleurs clandestins, qui plus est se retrouvent sans couverture sociale, la forte pression sur les prix, la réalisation de travaux pas toujours effectués dans les règles de l’art, le défaut de contributions à la caisse de l’Etat, par les impôts éludés, et aux caisses des assurances sociales. Et la liste pourrait être encore plus longue. Nous osons ainsi espérer que les entreprises valaisannes seront ravies lorsque cette loi d’application entrera en vigueur.

Nous saluons tout particulièrement la mise en place de moyens de contrôles individuels informatisés, sous forme de cartes ou de badges.

Nous ne sommes pas naïfs, nous savons bien que cette loi ne va pas supprimer le travail au noir. Mais elle va nous donner des moyens plus efficients pour lutter contre, je le répète, ce fléau.

En conclusion, n’oublions pas toutes nos entreprises valaisannes, qui travaillent de manière correcte en respectant les lois. Ce projet est aussi fait pour les protéger.

Contact