13.10.2021 / Communiqués / / ,

Votations fédérales du 28 novembre 2021

Le Conseil de parti du PDCVr s'est réuni hier soir et a pris position sur les objets soumis au peuple à la fin novembre.

Initiative sur les soins infirmiers OUI

Le PDCVr soutient l’initiative sur les soins infirmiers. Sophie Ley, Présidente de l’Association suisse des infirmières et infirmiers, a convaincu notre assemblée qu’il est urgent d’améliorer les conditions de travail du personnel de santé. La pénurie dans cette profession n’est pas nouvelle mais la crise Covid a encore accentué le phénomène. Les soignants n’ont plus le temps de prendre soin des patients comme il le faudrait et quittent la profession après quelques années seulement. 11’000 postes sont à pourvoir actuellement dans ce domaine en Suisse. Notre pays compte depuis trop longtemps sur des travailleurs formés à l’étranger pour soigner ses malades. Le contre-projet indirect du parlement n’est pas suffisant selon le PDCVr puisque l’initiative a convaincu 73% des membres de notre Conseil de parti. Investir 1 milliard dans la formation ne suffit pas, un OUI à l’initiative sur les soins infirmiers permettra à la Suisse de former plus mais aussi de maintenir le personnel formé plus longtemps dans la profession et d’améliorer ainsi la qualité des soins. Que ce soit à domicile où à l’hôpital, les infirmières et les infirmiers agissent comme un filet de sécurité pour notre société. Au front, ils permettent d’éviter des drames et des complications de prise en charge, ils offrent la possibilité aux personnes âgées de garder leur autonomie plus longtemps aussi. Cette initiative permet donc aussi de diminuer les coûts de la santé.

Loi Covid OUI

Les modifications apportées à la loi COVID-19 en mars dernier ont été présentées par notre Conseiller national Sidney Kamerzin, en particulier les éléments qui ont permis de généraliser les aides à l’économie suisse et valaisanne, par les extensions des APG pour indépendants, des moyens pour les entreprises ayant perdu plus de 40% du chiffre d’affaires, des indemnités-chômages RHT, des moyens alloués à la culture, au sport, aux manifestations publiques et aux structures d’accueil extrafamilial. La modification de la loi a également donné ou précisé le cadre légal applicable au certificat sanitaire, à l’exemption de quarantaine, à l’exercice des droits populaires et au matériel médical. 86% des membres de notre Conseil de parti acceptent la loi.

Initiative pour le tirage au sort des juges fédéraux NON

Cette initiative a aussi été présentée par Sidney Kamerzin. Il a rappelé que ce texte n’avait récolté aucun soutien au parlement. Le système actuel fonctionne bien et permet une représentation équilibrée de la société en matière de valeurs politiques, de genre ou de provenance régionale. L’élection des juges par le parlement confère également à la justice une forte légitimité démocratique. Un système par tirage au sort ne garantirait nullement une dépolitisation de la justice, il pousse simplement le problème plus loin. Une commission nommée par la Conseil fédéral serait chargée de la sélection des candidatures, comment s’assurer dès lors que cette commission serait apolitique. Un juge nommé pour sa chance plutôt que pour ses compétences c’est une très mauvaise idée. Les membres du Conseil de parti ont refusé cette initiative à 95%.

Initiative populaire pour un canton sans grands prédateurs OUI

C’est le Chef de groupe du PDCVr au Grand Conseil, Vincent Roten, qui s’est chargé de présenter cet objet. Dans le cadre de la protection des troupeaux, nous faisons face à une suite logique d’échecs depuis près de 20 ans. Les éleveurs valaisans sont démunis et ne parviennent plus à protéger leurs animaux. Il est de notre devoir de témoigner notre soutien au monde paysan ainsi qu’à la faune sauvage en acceptant cette initiative afin d’utiliser toute la marge de manœuvre possible pour protéger efficacement les troupeaux contre les prédations. La modification constitutionnelle proposée par cette initiative ne sera pas un blanc-seing accordé aux chasseurs pour l’élimination des grands prédateurs mais avant tout un message clair et un témoignage de ras-le-bol adressé à la Berne fédérale. Les éleveurs n’en peuvent plus et c’est bien l’avenir de la profession qui se joue ici aussi. Le Conseil de parti soutient cette initiative à 95%.

Contact