24.11.2021 / Communiqués / / ,

Allocations familiales, une solution bénéfique et équilibrée.

En mai dernier, le Grand Conseil s’est penché sur la modification de la loi d’application de la lo fédérale sur les allocations familiales (ci-après LALAFAM). À l’issu de la première lecture, une majorité du Parlement avait accepté une augmentation des allocations pour enfant de quarante francs et de vingt francs pour les allocations de formation.

À l’heure où nous prenons connaissance du rapport de la commission de deuxième lecture de la LALAFAM, force est de constater que ce qui était acceptable hier ne l’est plus aujourd’hui.

En effet, si nous considérions qu’une augmentation des cotisations liées à la modification de la LALAFAM pouvait être supportée par les entreprises, la décision du Conseil d’Etat d’augmenter les contributions au fond pour la famille alourdit encore les charges sociales des PME valaisannes. Le cumul de ces deux mesures crée un agglutinement de charges que nous ne pouvons pas accepter.

Afin de veiller au maintien d’une parité dans le financement des prestations sociales et pour limiter une trop forte croissance des charges pour les entreprises, nous proposerons les modifications suivantes lors des débats parlementaires :

  • une augmentation des allocation familiales pour enfant de trente francs au lieu de quarante ;
  • un financement paritaire de l’augmentation des allocations.

La cohésion sociale passe par un équilibre entre la part des employeurs et celle des employés. Par ailleurs, une bonne partie des caisses utiliseront leurs réserves et n’auront pas besoin d’augmenter leurs cotisations.

Ainsi, ces différentes mesures (fond pour la famille et allocations familiales) profiteront à toutes les familles, seront acceptables pour les entreprises et provoqueront des effets multiplicateurs bénéfiques à l’économie valaisanne.

 

Nathan Bender, Sous-chef de groupe PDCVr, 079/297.90.21 (personne de contact)

Aron Pfammatter, Chef de groupe CVPO