17.01.2022 / Communiqués / /

Prises de position sur les votations fédérales du 13 février 2022

Le Conseil de parti du PDCVr a pris position sur les 4 objets.

  • NON à l’initiative populaire « interdiction de l’expérimentation animale et humaine »

Marianne Maret a présenté cet objet et ses risques au Conseil de parti qui le rejette à 85% des voix. L’initiative demande l’interdiction pure et simple de toute expérimentation animale et humaine et a comme corollaire d’interdire l’importation de tout produit développé à l’aide d’expériences sur les animaux. Pour le PDCVr, cette initiative est extrême et aurait de graves conséquences sur la santé publique en interdisant la production et l’importation en Suisse de nombreux médicaments qui permettent chaque année de sauver de nombreuses vies humaines. Le PDCVr se soucie du vivant et du traitement des animaux mais cette initiative va trop loin, aucun parti ne la soutient d’ailleurs.

  • OUI à l’initiative populaire « enfants et jeunes sans publicité pour le tabac »

 L’initiative a pour objectif d’interdire toute publicité pour le tabac dans des lieux ou sur des supports accessibles aux enfants et aux jeunes. Le Conseil fédéral et le Parlement lui ont préféré un contre-projet indirect interdisant également la publicité pour le tabac, mais dans une moindre mesure. Le PDCVr considère que, bien qu’allant dans la bonne direction, le contre-projet indirect ne va malheureusement pas assez loin et ne protège pas assez la jeunesse des effets nocifs du tabac. Pour cette raison, les membres du Conseil de parti du PDCVr recommandent à 52% d’accepter cette initiative (45% de non et 3% d’abstentions).

  • OUI à la modification de la loi fédérale sur les droits de timbre

 Cette modification de la loi vise à supprimer le droit de timbre d’émission. Pour les membres du Conseil de parti, cet impôt qui date de la première guerre est désuet. Il pénalise surtout les petites entreprises et, comme l’a souligné Maxime Moix qui discutait de cet objet avec Emmanuel Amoos, c’est bien là que se situe l’arnaque puisque la Confédération confisque actuellement 1% du capital d’une société qui émet des actions. Le capital émis par une société doit servir à créer de la valeur, et c’est cette richesse qui sera ensuite taxée et partagée. Le Conseil de parti approuve cette modification à 78%.

  • Oui à la loi fédérale sur un train de mesures en faveur des médias

 Cette loi vise à soutenir les médias locaux par le biais d’aides directes et indirectes durant une période de 7 ans. Dans son débat contre Jean-Luc Addor, Marianne Maret a souligné l’importance d’avoir une presse vivante et diversifiée pour notre démocratie directe. Si M. Addor estime que cette aide nuit à l’indépendance des journalistes, Mme Maret démontre qu’une aide publique n’entrave aucunement la liberté d’expression en s’appuyant notamment sur le cas des médias scandinaves, bien soutenus par l’Etat, qui sont régulièrement classés au sommet des enquêtes sur la liberté de la presse. Elle souligne également l’importance de ces aides pour nos radios et télévisions locales. Une centralisation de l’information vers les centres urbains que sont Zurich et Genève est un vrai danger pour notre canton. Le Conseil de parti soutient ce train de mesure à 59%.

 

Contact